L'être humain, comment ça marche...bien ?

A la naissance, bébé a déjà 100 milliards de neurones et pourtant, son cerveau est très immature. Bébé est plaqué au sol par la gravité, il bouge d'un bloc et ne contrôle pas grand chose de son corps. Et oui, ses cellules nerveuses ne se "parlent" pas bien, il manque les connexions !

 

Il lui faudra attendre environ 25 ans pour que son système nerveux soit mature et pleinement fonctionnel...attendre ? pas tout à fait. Si bébé ne bouge pas, son système nerveux fait du sur place.

 

Son programme génétique hérité est un point de départ, certes, mais il aura surtout besoin d'eau, d'oxygène, d'énergie, d'amour... et de bonne stimulations électriques provenant des mouvements de son corps pour faire croître ses connexions neuronales et bien les organiser.

 

En s'appropriant son corps pour apprendre à marcher, bébé va câbler son cerveau en profondeur. Sur ce réseau, il pourra tirer "la fibre à haut débit" du langage et des apprentissages.

  

Bébé est programmé pour passer par une série de mouvements optimaux pour bien câbler son cerveau

 

 

Et oui, quelque soit notre origine ethnique, en tant qu'être humain, nous sommes tous dotés, dès notre conception, d'un programme moteur idéal pour bien nous développer. A la naissance, ces mouvements sont réflexes et permettent la survie de bébé.

  

On parle des fameux réflexes archaïques. Il y en a 70 environ, dont certains sont testés à la naissance par les pédiatres pour vérifier le bon câblage du bébé  (succion pour se nourrir, agrippement palmaire pour s'accrocher pendant la tétée, réflexe de Moro pour se protéger, marche automatique, réflexe de Pérez au niveau de la colonne...).

 

Pour bien comprendre le rôle clé des réflexes, prenant l'exemple du réflexe d'agrippement palmaire : frottez la paume d'un bébé avec votre doigt et il refermera automatiquement sa main. Si vous recommencez, il aura la même réaction réflexe.

Grâce à cela, à chaque serrage de la main, bébé va ressentir ses muscles, ses tendons, ses articulations de la main et du bras qui vont envoyer une multitude d'informations nerveuses au cerveau.

  

Plus le cerveau reçoit des informations sensorielles, plus il va pouvoir créer le câblage nécessaire pour prendre le contrôle de ce mouvement  car il sentira de mieux en mieux s'il est juste ou pas en le réalisant.

  

Ainsi, à force de saisir, lâcher, saisir et lâcher à nouveau, bébé va expérimenter son réflexe d’agrippement des milliers de fois. A un moment donné, le réflexe aura joué son rôle et bébé pourra alors saisir volontairement les objets, les mettre à la bouche, et vivre ainsi sa première sphère d'apprentissage.

Le réflexe d'agrippement "se range" et bébé peut continuer ainsi son programme moteur.

  

Durant sa première année de vie, il va acquérir des mouvements contrôlés de plus en plus sophistiqués, tels le ramper et le 4 pattes qui sont fondamentaux pour bien organiser son cerveau.

 

En effet, c'est justement pendant les 6 mois où bébé rampe et marche à 4 pattes qu'il va bâtir le pont entre ses 2 hémisphères. Chaque hémisphère contrôle un côté du corps et ces mouvements, en utilisant les deux côté du corps simultanément (bras gauche et jambe droite ensemble puis bras droit et jambe gauche ensemble), vont créer des millions de connexions entre les 2 hémisphères cérébraux.

 

Bébé aura ainsi les bases pour utiliser ses deux yeux ensembles, ses deux oreilles ensembles, ses membres ensembles. Il sera à l'aise pour traiter l'information sur la ligne médiane (celle au centre), pourra accommoder sa vue de près et de loin facilement, ce qui facilitera plus tard ses apprentissages de la lecture et de l'écriture notamment.

   

Puis, bébé se met à marcher et ce, de plus en plus efficacement vers l'âge de 3 ans, avec une marche croisée (où il alterne les membres). Il va gagner en équilibre, courir, sauter...

 

Vers 7 ans, sa latéralité se met en place, avec une spécialisation de chacun des deux hémisphères cérébraux.

C'est sur cette qualité de câblage des 7 premières années que vont se connecter les zones de traitement plus complexes dont le langage et la pensée. C'est grâce à son entrainement corporel de haut niveau que l'enfant pourra contrôler son corps, soutenir son attention et sa concentration, traiter correctement les informations extérieures avec des organes sensoriels fonctionnels, gérer son stress et ses émotions...pour être heureux et prêt à apprendre pleins de belles choses à l'école. 

 

Vous l'aurez compris, ces mouvements des premières années sont fondamentaux car ils posent les jalons pour toute la vie.

 

Par la qualité de sa  motricité (tel le tronc de l'arbre), l'enfant pourra développer un langage de qualité (tel les branches de l'arbre) qui pourra à son tour nourrir sa pensée et ses apprentissages (telles les feuilles de l'arbre).

 

 

Et si on saute une marche ?

L'enfant va continuer son développement, en accédant tant bien que mal (ou trop vite) à la marche mais avec des compensations dans son fonctionnement, des parasitages, qui pourront apparaître parfois au grand jour dans le moule de l'école, mais aussi dans sa façon de gérer ses émotions, son comportement. 

 

L'enfant et l'adulte manqueront de ressources, seront lestés par un système moins efficace et ne pourront exprimer leur plein potentiel. Ils seront ralentis par ces "petits cailloux" dans leurs chaussures, parfois sans s'en rendre compte car ayant toujours vécu avec.

 

 

Et après les premières années de vie, ça marche toujours ?

Le cerveau étant plastique, il évolue avec le mode de vie, l'alimentation, les activités, les accidents de la vie, le stress...

 

Dans notre vie quotidienne, sédentaire et sur-exposée aux écrans, les petits stress s'accumulent, deviennent chroniques et peinent à être évacués par le manque d'activité physique.

 

C'est ainsi que nous perdons accès à certains mouvements primordiaux que  nous avions expérimentés étant petit.

 

A la place, notre système va faire ressortir des mouvements réflexes pour se protéger tant bien que mal mais avec une réaction souvent mal adaptée et sur laquelle nous n'avons pas le contrôle.

 

Aussi, je vous propose de reprendre tout ou partie de cette séquence des mouvements fondateurs pour relancer les connexions manquantes, retirer les parasitages si inconfortables pour s'épanouir au mieux.