L'être humain, comment ça marche ?

A la naissance, le bébé a déjà toutes ses cellules nerveuses mais ses 100 milliards de neurones ne se "parlent" pas bien, faisant du système nerveux l'un des organes les plus immatures de corps humain.

 

Il lui faudra attendre plus de 20 ans pour que son système nerveux soit complètement mature

...attendre ? pas tout à fait. Si le bébé ne bouge pas, son système nerveux fait du sur place.

 

Son programme génétique hérité est un point de départ, certes, mais il aura surtout besoin d'eau, d'oxygène, d'énergie, d'amour... et de bonne stimulations électriques provenant des mouvements de son corps pour faire croître ses connexions neuronales et bien les organiser.

 

 

Le bébé est programmé pour expérimenter une séquence de mouvements fondateurs en vue notamment d'acquérir la  marche bipède

 

Au départ, le bébé n'a pas vraiment conscience ni maîtrise de son corps, mais pour assurer sa survie, il dispose de mouvements réflexes (succion pour se nourrir, agrippement palmaire pour s'accrocher pendant la tétée, réflexe de Moro pour se protéger, ...).

Durant ses premiers mois/années de vie, le bébé va passer ses journées à expérimenter, inlassablement, ces mouvements d'abord réflexes puis avec une conscience et un contrôle accrus lui permettant d'accéder à des mouvements primordiaux contrôlés (retournements, ramper, 4 pattes, accroupi...).

 

Ces mouvements sont les mêmes pour tout être humain et suivent une séquence bien précise, fruit de notre évolution, et permettent l'acquisition de la marche bipède.

 

A chaque étape, ils permettent au bébé de faire maturer un peu plus son système nerveux pour l'organiser et le rendre pleinement efficace.

 

Tous les apprentissages ultérieurs de la vie d'adulte seront possibles, grâce à la neuroplasticité, mais sur la "couleur" de cette première organisation fondamentale du système nerveux.

 

Ces mouvements des premières années sont fondamentaux car ils posent les jalons pour toute la vie.

 

Par la qualité de sa  motricité (tel le tronc de l'arbre), l'enfant pourra développer un langage de qualité (tel les branches de l'arbre) qui pourra à son tour nourrir sa pensée et ses apprentissages (telles les feuilles de l'arbre).

 

 

Et si on saute une marche ?

L'enfant va continuer son développement, en accédant tant bien que mal (ou trop vite) à la marche mais avec des compensations dans son fonctionnement qui pourront apparaître parfois au grand jour dans le moule de l'école, mais aussi dans sa façon de gérer ses émotions, son comportement. 

 

L'enfant et l'adulte manqueront de ressources, seront lestés par un système moins efficace, parasités et ne pourront exprimer leur plein potentiel. Ils seront ralentis par ces "petits cailloux" dans leurs chaussures, parfois sans s'en rendre compte car ayant toujours vécu avec.

 

 

Et après les premières années de vie, ça marche toujours ?

Le cerveau étant plastique, il évolue avec le mode de vie, l'alimentation, les activités, les accidents de la vie, le stress...

 

Dans notre vie quotidienne, sédentaire et sur-exposée aux écrans, les petits stress s'accumulent, deviennent chroniques et peinent à être évacués par le manque d'activité physique.

 

C'est ainsi que nous perdons accès à certains mouvements primordiaux que  nous avions expérimentés étant petit.

 

A la place, notre système va faire ressortir des mouvements réflexes pour se protéger tant bien que mal mais avec une réaction souvent mal adaptée et sur laquelle nous n'avons pas le contrôle.